conducteur de travaux à Lyon

COMBLES – GRENIERS

Préalablement à la réalisation des travaux
vous devez prendre en compte les points suivants :

  • La configuration exacte de l’aménagement envisagé, la nature des travaux détermine leur coût et donc le budget à engager.
  • La surface habitable totale du nouveau logement : si la surface habitable loi Carrez dépasse 170 m² après travaux et/ou s’il y a création de plus de 20 m² de plancher, un permis de construire doit être établi.
  • Les accords préalables à obtenir auprès du syndic et/ou de la copropriété.
  • L’état du plancher bas du comble ou du grenier à aménager et sa résistance à sa nouvelle charge d’exploitation.
  • Les démarches administratives à entreprendre : déclaration préalable, par exemple pour le cas d’installation d’une fenêtre de toit ou d’une lucarne ou d’un permis de construire pour des travaux plus conséquents d’extension par exemple.

Action tavaux 69 :
Combles - Greniers

Un audit préalable est à mener pour :

  • Procéder à un diagnostic de l’état de la couverture :  détection de fuites éventuelles et contrôle de l’état des liteaux, des crochets…
  • S’assurer de la non présence éventuelle d’insectes xylophages (capricornes, vrillettes, termites…), de champignons (mérules…).
  • Vérifier si l’état du plancher existant permet de supporter les nouvelles charges prévues.
    Et dans la négative, quelles sont les dispositions possibles pour  le renforcer ?
    Une nouvelle note de calcul du plancher sera à réaliser afin de valider la modification.
  • vérifier l’état de l’installation électrique existante, qu’il faudra remettre en conformité avec les normes de sécurité en vigueur ; l’intervention d’un électricien sera alors nécessaire.
  • Vérifier la ventilation : il convient de vérifier que l’aménagement des combles n’induit pas d’effet négatif sur le fonctionnement de la ventilation globale de l’habitat.
  • Vérifier les réseaux : les réseaux éventuels créés dans les combles devront être raccordés aux réseaux existants. Il convient de porter une attention particulière aux points suivants :
    Peut-on utiliser la chaudière existante pour la production de chaleur dans les combles aménagées ?
    La section des tuyaux de chauffage est-elle adaptée pour la réalisation d’un piquage au plus proche des canalisations existantes ? Ou faut-il mettre en oeuvre un nouveau réseau depuis la chaudière ?
    un chauffage d’appoint est-il à prévoir ?

 

Quelques précautions doivent être prises afin de limiter les désordres possibles

Ce qu’il faut faire :

de la conception de l’aménagement des combles :

  • Choisir des matériaux légers afin de limiter les contraintes sur la structure (cloisons…),
  • Implanter les WC et la nouvelle salle de bains au droit des pièces d’eau situées au niveau inférieur,
  • Prévoir un accès aux combles qui favorise une rapide évacuation des lieux en cas d’incendie,
  • Disposer d’une hauteur minimale pour éviter les chocs (coups de têtes),
  • Adapter l’isolation acoustique à la nature des pièces situées en dessous et à la capacité de surcharge admissible du plancher,
  • Choisir une isolation thermique qui garantira d’un bon confort (été, hiver) et atténuera les bruits venant de l’extérieur ; un produit mince réfléchissant est considéré comme complément d’isolation et nécessite des précautions de pose.

de la modification de la charpente :

  • Celle-ci doit être renforcée avant de supprimer des éléments (réalisation d’une trémie d’escalier, modification de fermettes pour dégager le volume central, pose de lucarnes, de fenêtres de toit).
    Cette intervention représente un travail complexe qui doit impérativement être mené par un charpentier.

de la mise en œuvre de l’isolation sous toiture :

  • Il faut ménager une ventilation entre la sous-face de la couverture et la surface de l’isolant afin d’éviter l’accumulation de condensation.

de la mise en œuvre du conduit de fumée :

  • Un écart  au feu est à respecter entre les nouveaux éléments ajoutés : éléments de charpente et conduit de cheminée existant, ou conduit ajouté ou modifié pour les besoins de l’aménagement.

de la gestion du chantier :

  • Disposer de l’étaiement provisoire,
  • Veiller à l’évacuation des gravats au fur et à mesure.

 

 

Ce qu’il ne faut pas faire :

  • Ne pas réaliser préalablement au démarrage des travaux de diagnostic et de note de calcul indiquant la nature des renforcements du plancher et/ou de la charpente ainsi que le phasage des travaux,
  • Modifier la configuration du projet sans avoir revalidé les modifications par le calcul .

 

Pathologies rencontrées ou pathologies possibles  :

  • La déformation de la charpente,  des couvertures et des planchers créés pouvant générer leur désordre, voire leur destruction,
  • La compression avec déformation des cloisons du niveau inférieur,
  • L’apparition d’humidité (isolation thermique inadaptée, fuites en couverture, défaut de ventilation).

Pour en savoir plus

Le DTU 31.3 (NF P21-205) Charpentes en bois assemblées par connecteurs métalliques ou goussets (Indice de classement : P21-205) (mai 1995).
Le DTU P21-701 Règles CB 71 – Règles de calcul et de conception des charpentes en bois (Indice de classement : P21-701) (date de dernière modification : juin 1984).
Nota : La partie relative aux contraintes admissibles est à considérer de nos jours comme caduque, remplacée par la norme NF P21-400.

La norme NF P21-400 Bois de structure et produits à base de bois – Classes de résistance et contraintes admissibles associées (Indice de classement : P21-400) (mai 2003).
Le DTU P06-006 Règles N 84 – Actions de la neige sur les constructions (Indice de classement : P06-006) (février 2009).
Le DTU P 06-002 Règles NV 65 – Règles définissant les effets de la neige et du vent sur les constructions et annexes (Indice de classement : P06-002) (février 2009).
La norme NF EN 335-1 Durabilité du bois et des matériaux dérivés du bois – Définition des classes d’emploi – Partie 1 : généralités (Indice de classement : B50-100-1) (janvier 2007).
La norme NF EN 335-2 Durabilité du bois et des matériaux dérivés du bois – Définition des classes d’emploi – Partie 2 : application au bois massif (Indice de classement : B50-100-2) (janvier 2007).
La norme NF EN 338 Bois de structure – Classes de résistance (Indice de classement : P21-353) (décembre 2009).
La norme NF EN 384 Bois de structure – Détermination des valeurs caractéristiques des propriétés mécaniques et de la masse volumique (Indice de classement : P21-358) (août 2004).
La norme NF EN 408 Structures en bois – Bois de structure et bois lamellé collé – Détermination de certaines propriétés physiques et mécaniques (Indice de classement : P21-302) (projet de norme PR NF EN 408 en juin 2009).
La norme NF EN 518 Bois de structure – Classement – Exigences pour les normes de classement visuel de résistance (Indice de classement : P21-357) (mai 1995).

 

Documentation
La Fiche pathologie du bâtiment n° C.09 « Combles perdus: risques d’une transformation » de l’AQC.
La plaquette Rénover son habitation – Aménager ses combles de l’AQC destinée au Grand public.
La fiche technique Aménagement des combles de l’Anah.
Les guides pratiques du CSTB (boutique CSTB) :
Ouvrages en plaques de plâtre ;
Installations électriques et de communication des bâtiments d’habitation ;
Ventilation des bâtiments – Réhabilitation dans l’habitat collectif.

L’éclairement de vos combles : un point d’important ! 

Les combles et greniers  ne sont souvent éclairés que par des ouvertures de petites tailles,  très insuffisantes pour l’éclairement de nouveaux espaces de vies .
Différentes solutions existent pour apporter la lumière naturelle indispensable au confort de vos combles aménagés.

 

Avant de commencer vos travaux, il est impératif de vous renseigner auprès de votre commune pour connaître la réglementation relative à la création d’ouvertures en toitures.
Des servitudes de vues sont peut être à respecter !
Et  certains secteurs cadastraux peuvent être classés. 

Les combles aménagés doivent être bien éclairés . Un calcul simple vous permets de déterminer la surface idéale de fenêtres de toit ou de verrières en toiture ou pignon  à mettre en œuvre :
Surface habitable/ 6=  surface d’éclairement nécéssaire.

 

La fenêtre de toit :
Pour l’éclairement de vos combles, les fenêtres de toit = chien-couché  s’imposent souvent. Elles constituent  de larges ouvertures à la lumière du jour. Elles peuvent être installées sans travaux importants et offrir un éclairement optimal des volumes à aménager.
La vue la plus dégagée s’ouvre au niveau du toit de la maison. Ainsi l’implantation du bord inférieur de la fenêtre à 1 m du sol est pertinente car elle offre avec une fenêtre de 0m90 à 1m00,  une ouverture qui s’offre à hauteur du regard, ce qui est agréable.
Un aspect baie vitrée peut être créé par le prolongement de cette fenêtre de toit par une fenêtre fixe permettant de bénéficier de la vue sur son environnement extérieur.
L’alignement de plusieurs fenêtres de toit permet de créer l’esthétisme d’une verrière.
Il est à noter que nous prenons en compte la structure de votre charpente et notamment la position des pannes pour la création des ouvertures en toiture.

Autres solutions :
L’autre possibilité est de réaliser un chien-assis, une ouverture pourvue d’une baie rectangulaire, avec une toiture à deux pentes et une faîtière horizontale.
Autre types d’ouvertures possibles dans le cas ou le comble ou grenier est pourvu d’un pignon: l’oeil de boeuf ou hublot  ou encore une verrière trapézoïdale qui suit le rampant de la toiture.
Pour apporter l’éclairement nécessaire entre des pièces aménagées dans le volume des combles, nous pouvons mettre en oeuvre également des cloisonnements translucides. Ce type de cloison apportera une modernité et un charme singulier à vos nouveaux espaces créés.
Pour optimiser votre éclairement intérieur, nous pouvons utiliser des revêtements muraux réfléchissants la lumière, peintures murales brillantes ou satinées, surfaces revêtues de miroir et pour le sol des revêtements de sols clairs.
L’aménagement des combles peut permettre l’installation d’un conduit de lumière naturelle pour éclairer une pièce aveugle ou sombre à l’étage inférieur.
Cet ouvrage:  le conduit , concentre et dirige la lumière à partir d’une ouverture créée toiture. Elle achemine la lumière sur les quelques mètres de traversée du comble et offre, par beau temps, un éclairage de la puissance d’une ampoule implantée en plafond dans la pièce à éclairer.

Nous contacter